PARTAGER SUR
la Compagnie des bocaux

La conserverie artisanale marseillaise élabore l’essentiel de ses plats cuisinés, soupes, confitures et autres purées à tartiner, à partir de légumes bios déclassés. Des produits parfaitement comestibles mais habituellement voués à la benne, faute de pouvoir être commercialisés.

Trop petits, trop gros, tordus, hors normes, voire franchement moches… Des tonnes de fruits et légumes, parfaitement consommables mais difficilement commercialisables par la grande distribution, en raison de leur aspect rebutant pour le consommateur, sont détruits chaque année.

logo la Compagnie des bocauxLa Compagnie des Bocaux, une conserverie artisanale créée en 2015 par Saïda et Thomas Palmieri, recycle ces gueules cassées en plats cuisinés et autres préparations salées et sucrées.

L’idée d’utiliser ces « laissés pour compte » de la production agricole est venu de la difficulté, pour les deux entrepreneurs de trouver un approvisionnement régulier en fruits et légumes bios, tout au long de l’année, pour l’élaboration de leurs préparations culinaires. Ce qui était au départ un handicap est devenu un atout.

la Cie des bocaux et les producteurs bio« Nous avons souhaité dès le départ travailler à partir de produits issus d’exploitations agricoles certifiées en agriculture biologique et implantées dans les Bouches-du-Rhône voire en PACA, pour les agrumes ou les pois chiches. Nous sommes dans une démarche gagnant/gagnant en proposant des débouchés aux agriculteurs, auxquels nous achetons des légumes difficilement commercialisables. En retour, nous bénéficions de prix d’achat réduits par rapport à des légumes parfaitement calibrés » détaille Saïda Palmieri.

Une offre alternative aux plats cuisinés industriels

la Cie des bocaux cuisine bioDeux ans après sa création, l’entreprise produit désormais 20 000 bocaux/an et en prévoit 32 000 pour sa troisième année d’activité. Un volume bien éloigné des 5 000 bocaux sortis de son atelier en deux ans auparavant.

Les débuts n’ont pourtant pas été simples : « Nous sommes arrivés la fleur au fusil en juin 2015 chez les fournisseurs que nous avions identifiés, sans imaginer que leur récolte était déjà réservée » se souvient avec amusement Saïda Palmieri. « On nous a demandé de revenir en février ! ».

Ces déconvenues n’ont pas empêché les deux entrepreneurs de développer leur projet, mûrement réfléchi en amont. Ils ont élaboré une gamme de plats cuisinés, qui s’est progressivement étoffée. « Nous sommes partis du constat que les consommateurs ont de moins en moins de temps pour cuisiner, au quotidien. Et  l’offre proposée par l’industrie agro-alimentaire ne correspondait pas à leurs attentes  de gourmets et de parents. Elle propose  des plats trop gras, trop salés, trop sucrés… » note la cofondatrice

Un atelier de production marseillais en ligne de mire

la Cie des bocaux et la conserveriePlutôt que d’investir dans un laboratoire, les fondateurs de La Compagnie des Bocaux se sont rapprochés dès leurs débuts de la Ferme de Longo Maï, située à Saint-Martin-de-Crau. Celle-ci leur loue à la journée les installations nécessaires à la préparation des recettes et leur mise en conserve. « Les légumes y sont transformés au plus tard le lendemain de leur récolte, soit 400 à 600 kg/jour, puis conditionnés », explique Saïda Palmieri.

Elle prévoit désormais, avec son associé, de créer leur propre atelier de production, cet automne idéalement. Dans les quartiers nord de Marseille, où sont déjà implantés leur bureau et leur local de stockage.

L’autre axe de développement consistera à muscler leur réseau de distribution. Pour l’heure, il est constitué d’une cinquantaine de magasins bio et d’épiceries de quartier, en Paca et à Paris.

La Compagnie des bocaux : http://www.compagniedesbocaux.fr
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE