Nos balades nous ont mené jusqu’en Dauphiné, dans le pays de Crémieu, un terroir agricole de l’Isère proche de Lyon investi par de nouveaux actifs. Où comment un ancien manager de la net économie est devenu boulanger-restaurateur…

Il a bossé 15 ans pour des grosses boîtes, l’Oréal, Vente-privee.com… Cadre logisticien dans la plaine de l’Ain voisine, ce Bruxellois venu en France « à cause du ciel gris là-bas », dit-il, a eu jusqu’à 800 personnes sous sa responsabilité. Il était manager dans cette économie du web qui envoie chaque jour des milliers de chauffeurs sur les routes livrer des colis à peine commandés chez des clients de plus en plus pressés…

Crédit Philippe Bourget

Le pain, base de l’alimentation

Un rythme de fou. Jusqu’au jour où, avec son épouse, il s’est demandé si cette vie avait vraiment du sens. Et puis le pain, « base de l’alimentation », a croisé son chemin. Il y a cinq ans, il a tout quitté et racheté une ferme dans le pays de Crémieu. La bâtisse était équipée d’un moulin à farine, dont l’origine remonte à 1571. Depuis, chaque nuit, sous un appentis ouvert à tous vents – des conditions de travail difficiles -, il pétrit la pâte, bio, l’envoie au four et distribue son pain le matin dans une trentaine de magasins Biocoop de la région.

Restaurant-auberge et produits bios

Garçon passionné, un brin fiévreux, il a transformé une partie de la ferme en restaurant-auberge et travaille exclusivement des produits bios et de proximité, grâce à un réseau d’incorruptibles producteurs installés dans ce « pays »,  un plateau calcaire pointé vers le Rhône que l’on appelle aussi l’Isle Crémieu. Ses clients sont des résidents locaux et des Lyonnais, attirés par ces nouveaux modes de consommation.

Crédit Philippe Bourget

Discipline de fer

« Je suis entré dans l’artisanat local. Je ne travaille qu’avec des gens très impliqués qui se battent et ne veulent pas faire de concessions. Et je trouve cela remarquable », dit-il. Remarquable mais pas aisé tous les jours, car l’exigence à ses revers. Celui qui voulait faire « quelque chose pour les autres et pouvoir le partager autour de la nourriture », reconnait la difficulté à avoir parfois raison avant les autres. En dehors des convaincus d’office, « le plus dur, c’est l’humain et d’arriver notamment à engager derrière soi des salariés sur la durée ». Tout le monde ne possède pas sa discipline de fer, portée par des convictions profondes. Egoïstement, le client gourmand en profitera. Car sa table est remarquable.

En savoir plus

Au Four et au Moulin de l’Arche

Annolieu

38390 Bouvesse-Quirieu

04 74 88 61 61

lemoulindarche.com