Thierry Micheon, vigneron biodynamique vendéen

Qui imaginait la Vendée en terroir viticole ? Et qui pensait y trouver l’un des hérauts de la biodynamie ? A L’Île d’Olonne, ce viticulteur exalte l’AOC Fiefs Vendéens avec des vins sublimes. Proposés jusque sur les plus grands tables gastronomiques.

Son domaine Saint-Nicolas se cache dans un bout de campagne vendéenne que peu de touristes fréquentent, aspirés qu’ils sont par les Sables d’Olonne et son statut de capitale de la voile au long cours (Vendée Globe, Golden Globe Race…).

Des vins « terre et mer »

Il faut pourtant accepter l’effort de s’éloigner du port pour découvrir, à moins de 15 mn, un terroir humide de prime abord inadapté à la vigne mais qui recèle une solide appellation, l’AOC Fiefs Vendéens. Des vins « terre et mer » dont l’inspirateur est sans conteste Thierry Michon.

En biodynamie

Le chantre de la biodynamie vendéenne nous accueille dans son caveau moderne, posé au sommet d’une colline soumise aux vents marins. « Ici, on ne traite pas, on soigne », prévient d’emblée le garçon. Voilà résumée d’une phrase lapidaire un pan de la philosophie de ce viticulteur volubile, tombé dans la biodynamie comme d’autres dans l’agriculture intensive.

T. Michon dans ses vignes de Vendée

L’originalité ne nuit pas à la qualité

Pas facile pourtant de connaître les secrets du métier. Non pas que l’homme soit cachottier. Juste très speed et de propos assez touffus. Mais Thierry Michon est un personnage attachant. « Je parle trop vite, je le sais, mais je n’ai pas trop de temps dans ma vie », s’excuse-t-il.

Et des résultats

C’est donc par rafales, sans jamais répondre vraiment à nos questions, qu’il nous assène qu’en biodynamie, méthode fondée en 1924 par Rudolf Steiner et connue par lui grâce à un radiesthésiste local, on parle énergie, influence de la Lune, compost de bouse, désherbage manuel et même quartz broyé et enterré dans des cornes de vaches sous les ceps de vigne…

Menée avec rigueur depuis 1995, et ajoutée au savoir-faire familial (son père a créé les premières vignes), la culture sur les 40 ha du domaine produit des vins d’une qualité rares, vraiment inhabituelle pour un département dont l’image n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, associée à la vigne. « Nous sommes sur des terroirs assez exceptionnels, avec beaucoup de quartz et de schistes », justifie aussi le vigneron.

Sur les grandes tables

Un terroir proche de l’océan qui bénéficie depuis 2011 d’une AOC, « Fiefs Vendéens ». Sous l’appellation « Brem-sur-Mer », du nom du terroir dont le domaine Saint-Nicolas est la locomotive. Vous doutez de leur qualité ? La production trois couleurs de Thierry Michon se retrouve sur les meilleures tables de France, dont celles de Joël Robuchon.

T. Michon a plus d'une touche à son accordéon

T. Michon vigneron et musicien

Le lendemain de notre visite, le vigneron-viticulteur s’envolait à Berlin pour faire goûter ses vins à l’ambassade de France. « Les gens en ont un peu leur dose des grands Bordeaux et des grands Bourgogne. (…)  A cause du gel l’an passé, je n’ai pas pu produire les quantités habituelles. Et mes clients sont fous ! ».

Un personnage étonnant

Fou, il l’est un peu, lui aussi. Sans sommation, le voilà qui part dans son arrière-boutique et revient avec un accordéon, pour nous jouer – très bien – quelques airs, le visage soudain apaisé. Avant une dégustation sans retenue dont nous ne sortirons pas indemnes… « Mes vins, c’est 90% d’amour, 10% de raisin ». On veut bien le croire.

Domaine Saint-Nicolas

Les Clous

85340 L’Île d’Olonne

02 51 33 13 04

domainesaintnicolas.com